blog

blog

NEWS

activities projects exhibitions works ideas ....

ART PRESS about SLICK Paris

PublishmentsPosted by Thomas Tuesday, March 20 2007 14:37:52

ART PRESS - Novembre 328 | 02 novembre 2006

La semaine dernière, l'amateur d'art parisien a parfois eu la sensation de courir un marathon : entre la Fiac (au Grand Palais, dans la cour carrée du Louvre et dans le Jardin des Tuileries), Show Off (à l'Espace Pierre Cardin), Slick (à la Belleviloise, dans le 20e) et DIVA (Hôtel Cube, dans le 18e), on peut véritablement parler de grand écart. Et c'est tant mieux, car un peu de sport n'a jamais fait de mal.

Dans chaque manifestation, on a pu vivre des ambiances très différentes, de la présentation très «design» de la cour carrée à l'atmosphère très détendue de Slick. On y aura aussi fait des découvertes, comme l'installation suspendue en latex de Christoph Broich présentée par la galerie Envoy (New York) à la Belleviloise. Mais surtout, ce qu'on retiendra de tout cela, c'est que cette multiplication des foires off était absolument nécessaire à une ouverture de l'art contemporain. Certaines galeries moins connues que les autres acquièrent ainsi une autre visibilité. Il y a de la place pour tout le monde et l'on peut désormais juger sur pièces. C'est pourquoi l'élargissement de l'offre me paraît être la bonne formule pour que le milieu de l'art français, qui a un peu tendance à fréquenter toujours les mêmes galeries, puisse découvrir d'autres artistes.


Richard Leydier

http://www.artpress.com/

Publié par jlpujo à 18:47:47 dans CULTURE

Blog Image

  • Comments(0)//broichblog.redfishfactory.com/#post20

SLICK

PublishmentsPosted by Thomas Tuesday, March 20 2007 14:26:54

FIAC Week / 5 : Slick
Artikel auf Deutsch

Blog Image

...J'avais été foudroyé sur place hier par l'installation de Claude Lévêque chez Yvon Lambert au Grand Palais, je l'ai été de nouveau cet après-midi sur le stand de envoy, une "petite" galerie new-yorkaise, à Slick, à Belleville (la galerie est aussi présente à Show Off). L'artiste a 40 ans, c'est un Allemand qui vit à Anvers, je n'avais jamais entendu son nom, Christoph Broich. Tout le stand lui est consacré. Au centre, accroché par des ficelles au plafond, une forme de latex pend: c'est une femme qui chevauche une monture faite de têtes et de corps d'hommes, d'une table et de divers utensiles : le tout est vide, flasque, mémoire d'une forme qui n'est plus. La peau est d'un latex clair auquel se mêlent des bribes de tissu, de dentelles, de sequins. La femme, triomphante, sourit. Elle hevauche ses rêves, son passé ses échecs, elle a triomphé de tout, atteint son but. La forme est étrange, on sent la matérialité de la peau, et on est en même temps déconcerté par le vide, par l'absence de chair. Il n'est pas très important que le modèle soit Amanda Lear, avec toute son ambiguïté (regardez bien), ni que la pièce s'appelle The girl who sold her soul to the devil, and won. Christoph Broich réalise d'abord des sculptures, qu'il enduit de tissu et de latex; une fois la peau démoulée, il détruit la sculpture elle-même, sans témoins, sans vidéo. Sa fascination pour la matérialité de la chair se retrouve dans une autre oeuvre accrochée au mur comme une carcasse de boeuf de Soutine, titré Tableheads : comment l'esprit peut-il s'échapper de la peau, enveloppe contraignante, preuve de matéialité? Aussi quelques têtes, quelques photos, au total, une installation très forte, qui prend aux tripes.

lunettesrouge
(Le Monde)

read the whole article:
lunettesrouges.blog.lemonde.fr

  • Comments(0)//broichblog.redfishfactory.com/#post19

The New York Times review

PublishmentsPosted by Thomas Sunday, March 18 2007 18:09:57
"'NEVER MIND THE BOLLOCKS: HERE'S AMANDA LEAR' Muse, film actress, professional Somebody, Amanda Lear is also a painter, as her oil portraits of Francis Bacon, Salvador Dali and Leonardo da Vinci attest. But the point of the show is to pay homage to Ms. Lear herself, and some interesting artists: Scott Hug, Kanishka Raja, Ryan Steadman and James. J. Williams III, with paintings; Michelle Lopez and Anna Sew Hoy, with small sculptures; and ¡ª best ¡ª Christoph Broich with a large work of latex and lace titled "The Girl Who Sold Her Soul to the Devil and Won." Envoy, 535 West 22nd Street, sixth floor, (212) 242-7524, through June 3. (Cotter)"

The New York Times, May 19, 2006
  • Comments(0)//broichblog.redfishfactory.com/#post12